INFORMATIONS
Les unités de mesure font faire peau neuve

Les métrologistes s'apprêtent à changer notre façon de mesurer le monde.
Cette révolution sera marquée par une réforme majeure du Système international d'unités (le SI) qui sera décidée à Versailles, lors de la 26e Conférence générale des poids et mesures (CGPM), du 13 au 16 novembre. Le nouveau SI entrera ensuite en vigueur le 20 mai 2019 à l'occasion de la journée mondiale de la métrologie. L'ambition de cette grande réforme est d'établir un système d'unités plus cohérent, plus stable et universel.
Un exemple : le kilogramme repose depuis 1889 sur un objet matériel particulier, le prototype international du kilogramme (noté K). Cette définition qui privilégie une masse particulière (K=1 kg) conduit à une qualité des pesées dégradée pour les masses inférieures au kilogramme. Les pesées à l'échelle du milligramme sont ainsi 2.500 fois moins précises que celles réalisées autour de 1 kilogramme. Un autre problème bien connu concerne la stabilité - ou plutôt l'instabilité - à long terme du kilogramme.
Consécutivement, la définition de la mole qui exprime la quantité de matière contenue dans 0,012 kg de carbone 12 repose sur la définition du kilogramme !
La mole est une unité de comptage, au même titre que la centaine, la vingtaine ou la douzaine, mais qui ne sert qu’à compter les atomes ou les molécules. Elle a la particularité d’être immense (environ six cent mille milliards de milliards d'unités). De la même manière qu'il y a autant d'éléments dans une douzaine de pommes que dans une douzaine d'œufs, il y a le même nombre d'entités dans une mole de carbone que dans une mole de plomb (c'est-à-dire 602 214 milliards de milliards d'atomes).
(source : Futura Sciences).

---------------------------------------------------------------------------------------------------


(cliquez sur l'image)
---------------------------------------------------------------------------------------------------

Programme MOCOPEE

Le programme de recherche MOdélisation, Contrôle et Optimisation des Procédés d’Epuration des Eaux [MOCOPEE] constitue un espace de travail et d’échange pérenne entre scientifiques et acteurs opérationnels du traitement des eaux. Le programme traite des questions relatives à la métrologie appliquée à l’épuration des eaux, à la modélisation du fonctionnement des procédés d’épuration, au contrôle commande des procédés de traitement et à l'emergence de concepts innovants dans le domaine de l'assainissement.
Ce programme de recherche est né en 2014. La première phase de ce programme s'est achevée en 2017. La deuxième phase s'est engagée en 2018 et s'achevera en 2022.
> plus d'informations sur ce programme et plaquette de présentation.
Nota : le programme Mocopée repose sur un consortium d'équipes de scientifiques appartenant à une 20aine d'organismes de recherche (universités et centres de recherche nationaux), 8 partenaires industriels (PME innovantes) et un des principaux acteurs publics de l'eau en France (SIAAP).

-------------------
Pollution

La collision en mer Méditerranée au large du Cap Corse, entre l’Ulysse et le CSL Virginia, a généré la perte déclarée d’au moins 600 tonnes de fioul, depuis une soute à carburant du CSL Virginia.
Après les premiers arrivages de galettes sur les plages du Var... puis celles des Alpes-Maritimes, l'association Robin des Bois demande au Ministère de l’écologie, au CEDRE et aux services de l’Etat compétents de publier la composition exacte (soufre, HAP et autres contaminants) du fioul dérivant en mer et échoué.
Conformément à la doctrine post-Erika, Robin des Bois souhaite que le schéma de la gestion des hydrocarbures récupérés en mer et échoués sur le littoral (entreposage en haut de plage, transport vers un ou des sites de regroupement et d’élimination) soit accessible au public de même que les tonnages de déchets mélangés récupérés.
L'association, compte-tenu de la durée, de l’intensité et de l’extension des arrivages, s’étonne qu’il ne soit pas procédé à des suspensions d’activités de pêche professionnelle ou de loisirs dans l’attente d’analyses des coquillages, des oursins et des poissons !

Pour le moment, seuls des échouages de posidonies mélangées aux galettes de fioul sont relatés. Les échouages éventuels des mammifères marins présents de manière permanente dans les eaux françaises de la Méditerranée (le grand dauphin, le dauphin bleu et blanc, le globicéphale noir, le dauphin de Risso, le rorqual commun, le cachalot, la baleine à bec de Cuvier) ou leurs dérives dans les eaux sinistrées doivent faire l’objet d’une vigilance renforcée par les habitants, les récupérateurs d’hydrocarbures et les professionnels de la mer.


Rappel > déchets aquatiques :
Avec plus de 20 milliards de tonnes de déchets déversés chaque année, les océans sont au bord de l'asphyxie.
L'Océan est le premier poumon de la planète et participe à réguler notre climat.

Les villes avancent sur le littoral, les ports s’étendent, les digues se multiplient... et mettent ainsi en danger les écosystèmes littoraux et nos vagues !
De plus, avec le changement climatique qui cause montée des eaux, acidification des océans et érosion des roches, les aménagements littoraux méritent une vigilance accrue.

Pour qu'aucun pollueur des mers ne reste impuni, l'association Surfrider (Surfrider Foundation Europe) attaque en justice chaque navire coupable de dégazage ou de perte de containers ayant lieu en zone maritime française.
ll est le seul organisme indépendant à surveiller tout au long de l'année la pollution bactériologique des eaux littorales et à informer les usagers de l'océan de la qualité des zones de baignade.
Et pour qu'aucun pollueur des mers ne reste impuni, Surfrider attaque en justice chaque navire coupable de dégazage ou de perte de containers ayant lieu en zone maritime française. Depuis 2009, Surfrider a poursuivi 21 navires.
( site > Surfrider )

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le CNFME (Centre National de Formation aux Métiers de l'Eau) de l'OIEau (Office International de l'Eau)
propose une session de formation sur le thème "Référentiels Sandre et travaux pratiques avec EDILABO".
-------------
Cette formation ne nécessite aucun pré-requis et s'adresse principalement aux personnes qui manipulent des données sur l'eau,
selon les prescriptions Sandre (administrateur de données sur l'eau, gestionnaire de base de données, responsable informatique, etc).
(session de formation les 20 et 21 novembre 2018, à Limoges (87)).
+ > lire sur le site du Sandre

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pesticides : ce qu'il faut savoir sur ce dossier sensible...

Lire le document de France Nature Environnement

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Les énergies de la mer ?

En dépit du remarquable potentiel que lui offrent son domaine océanique (le deuxième du monde après celui des Etats-Unis),
avec 11 millions de km² d’eaux sous sa juridiction en métropole et outre-mer, ses quatre façades maritimes,
(mer du Nord, Manche, Atlantique et Méditerranée), la France a pris du retard dans cette filière très prometteuse...

L’exploitation des énergies marines est assez ancienne. Que ce soit grâce à des turbines, des hydroliennes ou des procédés plus modernes (comme le Searev ou le Pelamis),
la mer est capable de nous pourvoir en électricité
.
Certes, elle a été pionnière dans le domaine de l’énergie marémotrice utilisant le flux et le reflux de la marée pour produire de l’électricité, avec l’usine de La Rance (Ille-et-Vilaine) qui, mise en service en 1966 et toujours en fonctionnement, et constitue une vitrine de son savoir-faire.
Mais cette technologie, qui nécessite la construction de barrages et de très lourds investissements, n’est plus guère étudiée dans le monde – même si le Royaume-Uni projette de créer un lagon artificiel pour aménager une centrale marémotrice géante.
Autre exemple, l'énergie osmotique est aujourd’hui à la base de plusieurs projets pilotes de centrales osmotiques un peu partout dans le monde, de la Norvège au Japon en passant par les États-Unis. L’idée est notamment de récupérer de l’énergie – quelque 1.700 TWh annuels disponibles dans le monde (soit un dixième des besoins mondiaux) – aux embouchures de fleuves. Malheureusement, les membranes organiques utilisées à ce jour semblent trop fragiles et leurs rendements trop faibles. Si des progrès étaient réalisés en la matière, l’énergie osmotique pourrait devenir très intéressante, notamment parce que, contrairement aux énergies solaires et éoliennes, elle n’est pas intermittente
>>> mais aussi voir sur ce sujet (lien interne Hydro-Land) > les Energies marines.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Rappel (auto-pub Hydro-Land) : mise à jour et implémentation du programme Equil vers un environnement de type Windows.
EQUILWIN
(logiciel payant)
NOUVELLE VERSION 4.01 (fonctionne sous windows 5 à 10, 32 & 64 bits)
Logiciel de calculs chimiques pour bureaux d'études, centres de recherches, usines de traitement, instituts, écoles...
Télécharger les plaquettes : français - english

Ce programme (qui reprend les mêmes formules que le logiciel EQUIL v6 (+ quelques nouvelles), sous environnement type windows) permet d'effectuer des calculs d'équilibres chimiques dans les eaux naturelles, particulièrement les équilibres calco-carboniques : voir ce lien interne pour plus de précision sur ces termes.

Le logiciel répond aux besoins suivants :

EQUILWIN est suffisamment fiable, dans la plupart des cas, pour conduire le traitement en usine et/ou surveiller la qualité de l'eau en réseau. Il permet également une bonne approximation du dimensionnement d'une filière de traitement.

Toutes les formules de calculs peuvent être référencées et expliquées : lois thermodynamiques, formules d'équilibres ioniques, relations acido-basiques, etc. La plupart des calculs nécessitant des itérations utilisent une méthode par dichotomie qui permet une plus grande rapidité avec une précision suffisante : valeur de contrôle mathématique = de 0.01 à 0.1 selon les cas.
Il a été développé sous langage élaboré, et de ce fait est un logiciel fonctionnant sous Windows. Il ne pose aucun problème d'utilisation avec les interfaces WINDOWS Vista, 7, 8, 10 (32 ou 64 bits).

Equil avait fait l'objet de tests comparatifs (Domaine de validité) d'un groupe de travail piloté par la Direction Technique d'une Compagnie des Eaux (très connue dans le domaine français) qui avait ainsi procédé à la comparaison avec un logiciel de calcul connu (méthode L.P) et validé le programme.

Nouveautés version 4.0 1 :

-------------------------------

>>> liens web vers EQUILWIN (english > EquilWin web site),
et lien interne
(fichier pdf , 108 ko, à lire ou télécharger),

ou les pages internes explicatives
EquilWin (> english )
---------

Rappel :
>>> ce lien interne vers EquilWin et Equil 1, les programmes à télécharger ou à acheter (logiciel complet ou simplifié).
-------------------
Attention - seul le logiciel complet EQUILWIN  (qui n'est pas à titre gratuit), permet d'avoir toutes les fonctionnalités
(Equil est une version gratuite mais simplifiée, qui ne possède pas toutes les fonctions de calcul, seulement la caractérisation d'une eau).
Par ailleurs, l'ancienne version EQUL v6, codé en QBasic, ne peut pas fonctionner avec les S.E Windows 7 et +
---------
Contact pour renseignements : hydro.sending@gmail.com


(suite des actualités avec "FNE / France Nature Environnement")



FNE

(cliquez sur l'image)
Fédération française des associations de protection
de la
Nature et de l’Environnement
(reconnue d’utilité publique > Page interne sur FNE)








(suite avec Enviro2B, "Le portail européen de l'environnement")




(cliquez sur l'image)
Gaz de schiste : des produits cancérigènes utilisés pour l’extraction !

Alors que l'extraction des gaz de schiste (< lien interne explicatif) soulève de nombreux débats en France, les Echos sont revenus sur un rapport de la Commission de l'Energie et du Commerce de la Chambre des représentants américaine qui dénonce l'utilisation de produits cancérigènes dans l'exploitation de cette source d'énergie. En pleine tourmente nationale autour des méthodes d''extraction des gaz de schiste, un rapport parlementaire américain analyse les pratiques de 14 compagnies en la matière et le constat est alarmant. En effet, selon les conclusions du rapport repris par les Echos aujourd'hui, cette exploitation a généré entre 2005 et 2009 outre-Atlantique, l'utilisation de "plus de 2.500 produits pour la fracturation hydraulique, contenant 750 substances chimiques, dont 29 sont connues pour être des cancérigènes ou suspectées comme tels ou représentants des risques pour la santé et l'environnement".
Une énergie propre, mais à quel prix ? :
Parmi ces 29 substances connues, on retrouve donc du benzène, du toluène, du xylène, et de l'éthylbenzène. Le rapport recense également du 2-butoxyéthanol, une substance connue pour ces risques de destruction des globules rouges ou de dommages à la moelle osseuse. Or, ce produit était parmi les plus utilisés au Texas, sur la période couverte par le rapport !
Si les auteurs de ce rapport ne remettent pas en cause l'intérêt d'un point de vue énergétqiue, d'avoir accès à ce type d'énergie propre, ils dénoncent les méthodes actuellement utilisées pour l'extraction de ces gaz de schiste. Méthodes parfois même couvertes par le sceau du secret. Ainsi, Les Echos rappellent que dans le cadre de leur enquête, les parlementaires américains ont eu à faire à des compagnies incapables d'identifier les composés chimiques qu'elles injectaient dans le sol.
Un constat qui va certainement alimenter le dossier des opposants français à l'extraction des gaz de schiste.

--------------------------------
NUCLEAIRE
60% des Français favorables à une sortie progressive

Selon un sondage de l'institut de sondage Viavoice paru dans Libération, 60% des Français se déclarent favorables à une sortie progressive du nucléaire en France.
La catastrophe nucléaire japonaise continue de produire ses effets en France où six Français sur dix se déclarent favorables à une sortie progressive du nucléaire dans l'Hexagone. A l'inverse, 35% des personnes interrogées se disent opposées à cette sortie de l'atome et 5% ne se sont pas prononcées.

SALON PERMANENT DE L'ENVIRONNEMENT
< lien enviro2B >

--------------------------------------------------
(suite avec "Amis de la Terre")


 


(cliquez sur l'image)
Démocratie, équité, solidarité, responsabilité…
La force des Amis de la Terre repose sur la solidarité et sur un fonctionnement démocratique
fondé sur des valeurs communes : l’équité, la solidarité, la responsabilité.
------------------

Ensemble, nous voulons construire un monde dans lequel :

-------------------------------------------------------------------------------------------------
Fédération des Amis de la Terre France (lien)
Fédération des Amis de la Terre International (lien)

Positionnement des Amis de la Terre :
> pour des sociétés soutenables > lien
> sur l'herbicide Glysophate > lien
------------------------------

(agenda)








AGENDA


Consulter l'excellent agenda des évènements du site de l’OIEau
[ Office International de l'Eau ]
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------








 (utilisez les menus à gauche)