INFORMATIONS

La protection et la restauration des sols et masses d’eau (y compris l'agriculture biologique) ainsi que les déchets (collecte, traitement et élimination) sont les domaines les plus pourvoyeurs d’emplois.
Par rapport à 2015, les effectifs augmentent légèrement, principalement en lien avec la hausse des conversions des exploitations à l’agriculture biologique. Entre 2004 et 2011, l’emploi dans les éco-activités a progressé de manière plus dynamique que dans l’ensemble de l’économie. En 2016, les éco-activités mobilisent 456 050 emplois en équivalent temps plein (ETP), soit 1,8 % de l’emploi intérieur total français. Après une phase de hausse jusqu’en 2011, l’emploi se stabilise. Entre 2015 et 2016, les effectifs augmentent légèrement (+ 0,5 %), principalement en lien avec les conversions des exploitations françaises à l’agriculture biologique.
Le montant de la valeur ajoutée dans les éco-activités atteint 31,6 milliards d’euros, en hausse de 1,9 %. La valeur ajoutée dans les énergies renouvelables progresse davantage, notamment dans l’hydraulique suite aux fortes précipitations printanières. La balance commerciale est excédentaire de l’ordre de 1,6 milliard d’euros en légère baisse par rapport à 2015, due à un recul des exportations dans les domaines de la récupération et des eaux usées.
(Source > Ministère de la Transition écologique et solidaire)

-----------------------------------------------------------------------------------
Erosion côtière en Aquitaine

Etude portant sur les écosystèmes sableux en Aquitaine.

Elle met en lumière le rôle que peuvent jouer ces écosystèmes dans la régulation de l’évolution du trait de côte dans une région où cet enjeu constitue une préoccupation forte. La comparaison du rôle des écosystèmes à celui joué par des ouvrages de protection montre que non seulement les ouvrages ont une action plus limitée dans le temps et dans l’espace que les écosystèmes mais qu’en outre ils affectent les écosystèmes littoraux ainsi que la dynamique sédimentaire.
Cette étude souligne également un besoin d’amélioration des connaissances afin de faciliter l’intégration des écosystèmes littoraux et leur gestion dans les processus de planification et de décision qui sont mis en place pour faire face à l’érosion littorale.
> Source - à télécharger : Efese - Le service de régulation de l’érosion côtière en Aquitaine (pdf - 1.79 Mo).

-----------------------------------------------------------------------------------
Menace sur les massifs coralliens !

Un réservoir mal refermé, ou une pompe à essence retirée trop vite d’un véhicule : nous avons tous vu, un jour ou l’autre, dans une station service, quelques gouttes d’essence répandues au sol se mélanger aux eaux de pluie. Le résultat, c’est une légère pellicule brillante à la surface de l’eau, aux reflets colorés. Joli, certes, mais dangereux pour l’environnement. Le même phénomène a lieu dès que nous mettons les pieds à la plage. Enduits de crème pour nous protéger des morsures du soleil, l’entrée dans l’eau nous renvoie ce vieux souvenir de la station essence : la crème solaire à peine appliquée se répand autour de nous et forme, elle aussi, une fine pellicule brillante à la surface de l’eau. Cette micro-pollution, multipliée par les 1,32 milliards de touristes dans le monde chaque année, peut alors prendre une ampleur insoupçonnée. D’après des estimations on ne peut plus sérieuses, 5000 à 6000 tonnes de crèmes solaires seraient chaque année ainsi répandues dans des zones de récifs coralliens.
Et lorsque l’on sait que 90% des plongeurs et adeptes du snorkeling se concentrent sur 10% des récifs mondiaux, l’effet peut être dévastateur.
C’est d’ailleurs sur ces études que l’Etat d’Hawaii (USA) s’est basé pour prendre une décision qui pourrait faire date : l’interdiction totale, dès 2021, des crèmes solaires et produits de beauté qui contiennent deux filtres anti-UV bien précis, à savoir l’oxybenzone et l’octinoxate.
Mis directement en cause, ces composés chimiques ont la faculté de provoquer une maladie du corail, qui entraîne le blanchiment de celui-ci et, si rien n’est fait dans les quelques jours suivant la décoloration, sa mort. Alors à moins d’avoir une ordonnance médicale à présenter aux autorités locales qui autorise l’usage des deux molécules pré-citées, il va falloir trouver des alternatives pour profiter des incroyables fonds marins hawaiiens, sans pour autant prendre la teinte d’une écrevisse bien cuite.
Cela tombe bien, les fabricants de cosmétiques ont déjà développé de vastes gammes labellisées bio, débarrassées des allergènes potentiels comme des produits dangereux pour l’environnement : d’Yves Rocher à Nuxe, en passant par une myriade de marques spécialisées, vous devriez forcément trouver votre bonheur.
D’ailleurs, même si vous n’avez pas prévu d’aller à Honolulu, rien ne vous empêche de tester les crèmes solaires alternatives bio dès cet été. Leur efficacité est prouvée, vous n’avez rien à craindre.
(Source : Univers Nature).

-----------------------------------------------------------------------------------
Pénurie d'eau !
Au Cap (Afrique du Sud), la ville craint de ne plus pouvoir approvisionner en eau les trois millions d'habitants de son agglomération à partir du 19 août 2018.
D'autres villes dans le monde connaissent des difficultés d'alimentation...

Une pénurie qui menace d’autres villes dans le monde : cette crise de l'eau ne touche pas que l'Afrique du Sud. La BBC a publié une liste de onze villes qui connaissent des problèmes d'alimentation : Londres, Tokyo, Miami, São Paulo, Bangalore, Pékin, Le Caire, Jakarta, Moscou, Istanbul et Mexico. Des exemples récents témoignent de la fragilité des villes face à la sécheresse. En 2008, Barcelone a connu une pénurie et de l'eau avait été importée de la France.
En France, en 2017, l'île de Mayotte a aussi connu une crise de l'eau.
Seuls des changements de comportements pourront éviter ces pénuries d'eau : diminution de la consommation quotidienne, restriction de l'irrigation, amélioration des réseaux d'eau pour éviter les fuites.
Si l'eau devait devenir une denrée rare à mesure que la demande augmente, une nouvelle étude menée par une grande équipe internationale rapporte que les changements dans les régimes de précipitation et d'évaporation, associés au changement climatique actuel, auront, dans les décennies à venir, un rôle essentiel dans la gestion des ressources d'eau. Si l'atmosphère se réchauffe en moyenne de plus de 2,7 °C par rapport à l'ère préindustrielle à l'horizon 2100, ce n'est plus 2 % mais bien quelque 10 % de la population mondiale qui habiteront dans des pays où la pénurie d'eau est absolue.
(Sources > Futura sciences - Planète)

-----------------------------------------------------------------------------------
Océans...

(+ > cliquer sur l'image)
----------------
269 000 tonnes de déchets plastiques !
Une étude internationale donne la première estimation de la quantité de déchets en plastique dans l’océan mondial.
Une mauvaise et une bonne nouvelle : il y en a beaucoup :
(Source : Futura Sciences > Environnement)
-----------------------------------------------------------------------------------
Les énergies de la mer ?

En dépit du remarquable potentiel que lui offrent son domaine océanique (le deuxième du monde après celui des Etats-Unis),
avec 11 millions de km² d’eaux sous sa juridiction en métropole et outre-mer, ses quatre façades maritimes,
(mer du Nord, Manche, Atlantique et Méditerranée), la France a pris du retard dans cette filière très prometteuse...

L’exploitation des énergies marines est assez ancienne. Que ce soit grâce à des turbines, des hydroliennes ou des procédés plus modernes (comme le Searev ou le Pelamis),
la mer est capable de nous pourvoir en électricité
.
Certes, elle a été pionnière dans le domaine de l’énergie marémotrice utilisant le flux et le reflux de la marée pour produire de l’électricité, avec l’usine de La Rance (Ille-et-Vilaine) qui, mise en service en 1966 et toujours en fonctionnement, et constitue une vitrine de son savoir-faire.
Mais cette technologie, qui nécessite la construction de barrages et de très lourds investissements, n’est plus guère étudiée dans le monde – même si le Royaume-Uni projette de créer un lagon artificiel pour aménager une centrale marémotrice géante.
Autre exemple, l'énergie osmotique est aujourd’hui à la base de plusieurs projets pilotes de centrales osmotiques un peu partout dans le monde, de la Norvège au Japon en passant par les États-Unis. L’idée est notamment de récupérer de l’énergie – quelque 1.700 TWh annuels disponibles dans le monde (soit un dixième des besoins mondiaux) – aux embouchures de fleuves. Malheureusement, les membranes organiques utilisées à ce jour semblent trop fragiles et leurs rendements trop faibles. Si des progrès étaient réalisés en la matière, l’énergie osmotique pourrait devenir très intéressante, notamment parce que, contrairement aux énergies solaires et éoliennes, elle n’est pas intermittente
>>> mais aussi voir sur ce sujet (lien interne Hydro-Land) > les Energies marines.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Rappel (auto-pub Hydro-Land) : mise à jour et implémentation du programme Equil vers un environnement de type Windows.
EQUILWIN
(logiciel payant)
NOUVELLE VERSION 4.01 (fonctionne sous windows 5 à 10, 32 & 64 bits)
Logiciel de calculs chimiques pour bureaux d'études, centres de recherches, usines de traitement, instituts, écoles...
Télécharger les plaquettes : français - english

Ce programme (qui reprend les mêmes formules que le logiciel EQUIL v6 (+ quelques nouvelles), sous environnement type windows) permet d'effectuer des calculs d'équilibres chimiques dans les eaux naturelles, particulièrement les équilibres calco-carboniques : voir ce lien interne pour plus de précision sur ces termes.

Le logiciel répond aux besoins suivants :

EQUILWIN est suffisamment fiable, dans la plupart des cas, pour conduire le traitement en usine et/ou surveiller la qualité de l'eau en réseau. Il permet également une bonne approximation du dimensionnement d'une filière de traitement.

Toutes les formules de calculs peuvent être référencées et expliquées : lois thermodynamiques, formules d'équilibres ioniques, relations acido-basiques, etc. La plupart des calculs nécessitant des itérations utilisent une méthode par dichotomie qui permet une plus grande rapidité avec une précision suffisante : valeur de contrôle mathématique = de 0.01 à 0.1 selon les cas.
Il a été développé sous langage élaboré, et de ce fait est un logiciel fonctionnant sous Windows. Il ne pose aucun problème d'utilisation avec les interfaces WINDOWS Vista, 7, 8, 10 (32 ou 64 bits).

Equil avait fait l'objet de tests comparatifs (Domaine de validité) d'un groupe de travail piloté par la Direction Technique d'une Compagnie des Eaux (très connue dans le domaine français) qui avait ainsi procédé à la comparaison avec un logiciel de calcul connu (méthode L.P) et validé le programme.

Nouveautés version 4.0 1 :

-------------------------------

>>> liens web vers EQUILWIN (english > EquilWin web site),
et lien interne
(fichier pdf , 108 ko, à lire ou télécharger),

ou les pages internes explicatives
EquilWin (> english )
---------

Rappel :
>>> ce lien interne vers EquilWin et Equil 1, les programmes à télécharger ou à acheter (logiciel complet ou simplifié).
-------------------
Attention - seul le logiciel complet EQUILWIN  (qui n'est pas à titre gratuit), permet d'avoir toutes les fonctionnalités
(Equil 1 est une version gratuite mais simplifiée, qui ne possède pas toutes les fonctions de calcul, seulement la caractérisation d'une eau).
Par ailleurs, l'ancienne version EQUL v6, codé en QBasic, ne peut pas fonctionner avec les S.E Windows 7 et +
---------
Contact pour renseignements : hydro.sending@gmail.com


(suite des actualités avec "FNE / France Nature Environnement")



FNE

(cliquez sur l'image)
Fédération française des associations de protection
de la
Nature et de l’Environnement
(reconnue d’utilité publique > Page interne sur FNE)








(suite avec Enviro2B, "Le portail européen de l'environnement")




(cliquez sur l'image)
Gaz de schiste : des produits cancérigènes utilisés pour l’extraction !

Alors que l'extraction des gaz de schiste (< lien interne explicatif) soulève de nombreux débats en France, les Echos sont revenus sur un rapport de la Commission de l'Energie et du Commerce de la Chambre des représentants américaine qui dénonce l'utilisation de produits cancérigènes dans l'exploitation de cette source d'énergie. En pleine tourmente nationale autour des méthodes d''extraction des gaz de schiste, un rapport parlementaire américain analyse les pratiques de 14 compagnies en la matière et le constat est alarmant. En effet, selon les conclusions du rapport repris par les Echos aujourd'hui, cette exploitation a généré entre 2005 et 2009 outre-Atlantique, l'utilisation de "plus de 2.500 produits pour la fracturation hydraulique, contenant 750 substances chimiques, dont 29 sont connues pour être des cancérigènes ou suspectées comme tels ou représentants des risques pour la santé et l'environnement".
Une énergie propre, mais à quel prix ? :
Parmi ces 29 substances connues, on retrouve donc du benzène, du toluène, du xylène, et de l'éthylbenzène. Le rapport recense également du 2-butoxyéthanol, une substance connue pour ces risques de destruction des globules rouges ou de dommages à la moelle osseuse. Or, ce produit était parmi les plus utilisés au Texas, sur la période couverte par le rapport !
Si les auteurs de ce rapport ne remettent pas en cause l'intérêt d'un point de vue énergétqiue, d'avoir accès à ce type d'énergie propre, ils dénoncent les méthodes actuellement utilisées pour l'extraction de ces gaz de schiste. Méthodes parfois même couvertes par le sceau du secret. Ainsi, Les Echos rappellent que dans le cadre de leur enquête, les parlementaires américains ont eu à faire à des compagnies incapables d'identifier les composés chimiques qu'elles injectaient dans le sol.
Un constat qui va certainement alimenter le dossier des opposants français à l'extraction des gaz de schiste.

--------------------------------
NUCLEAIRE
60% des Français favorables à une sortie progressive

Selon un sondage de l'institut de sondage Viavoice paru dans Libération, 60% des Français se déclarent favorables à une sortie progressive du nucléaire en France.
La catastrophe nucléaire japonaise continue de produire ses effets en France où six Français sur dix se déclarent favorables à une sortie progressive du nucléaire dans l'Hexagone. A l'inverse, 35% des personnes interrogées se disent opposées à cette sortie de l'atome et 5% ne se sont pas prononcées.

SALON PERMANENT DE L'ENVIRONNEMENT
< lien enviro2B >

--------------------------------------------------
(suite avec "Amis de la Terre")


 


(cliquez sur l'image)
Démocratie, équité, solidarité, responsabilité…
La force des Amis de la Terre repose sur la solidarité et sur un fonctionnement démocratique
fondé sur des valeurs communes : l’équité, la solidarité, la responsabilité.
------------------

Ensemble, nous voulons construire un monde dans lequel :

-------------------------------------------------------------------------------------------------
Fédération des Amis de la Terre France (lien)
Fédération des Amis de la Terre International (lien)

Positionnement des Amis de la Terre :
> pour des sociétés soutenables > lien
> sur l'herbicide Glysophate > lien
------------------------------

(agenda)








AGENDA


Consulter l'excellent agenda des évènements du site de l’OIEau
[ Office International de l'Eau ]
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------








 (utilisez les menus à gauche)